Sélectionner une page

LE RIRE N’EST PAS QU’UNE SIMPLE DISTRACTION

Aujourd’hui, je voulais partager avec vous toute la légèreté qui m’habite depuis quelques jours et ce, grâce aux retrouvailles avec mes 2 fils…En effet, mes 2 garçons de 24 et 28 ans habitent en Asie depuis quelque temps et c’est toujours de savoureux moments que de pouvoir prendre l’avion et de les rejoindre…
Et comme par hasard, toutes les heures d’avion sans dormir…le décalage horaire…la fatigue donc…et bien, tout cela s’envole comme par magie !

C’est la grande forme et pour cause…
Le fait de se retrouver ensemble ,elle est là la magie! Voilà ce qui compte!
Et du coup, nos retrouvailles se soldent par tellement de fous rires, tellement de joienous rions beaucoup, nous nous amusons beaucoup !
Le pouvoir de l’amour, de la joie, du bonheur retrouvé…
C’est incroyablement bon et j’adore me sentir ainsi portée par de si bonnes vibrations…
Je suis persuadée que c’est un remède à tous les maux…

D’ailleurs, cela me fait penser à l’histoire d’un journaliste américain du nom de Norman Cousins atteint d’une maladie incurable très douloureuse.
Norman Cousins se lança dans ses propres recherches.
1)
Il découvrit que ses traitements épuisaient ses réserves de vitamine C et il réussit à convaincre ses médecins d’arrêter de lui donner plusieurs médicaments et de lui injecter de très hautes doses de vitamine C.
2)
Ensuite, Norman Cousins décida de quitter l’hôpital et de s’installer dans une chambre d’hôtel. Il estimait que les hôpitaux, avec leur nourriture déplorable, leur hygiène douteuse, leur culture de la sur-médication, leur atmosphère de négativité et leur perturbation systématique du rythme du sommeil des patients, n’étaient « pas des endroits faits pour les personnes vraiment malades », selon ses termes.
3)
Troisième chose, Cousins se procura un projecteur et un stock de films comiques. Durant sa première nuit à l’hôtel, il rit tellement en regardant ces films qu’il parvint ensuite à dormir plusieurs heures sans ressentir de douleur. Le rire avait stimulé sa production d’endorphines, des produits chimiques aux effets anesthésiants fabriqués naturellement par le corps.
Lorsque la douleur se réveillait, il remettait les films en route et, après avoir bien ri, il parvenait de nouveau à s’endormir.
Et ainsi,
Il put bientôt arrêter tous les médicaments, sauf la vitamine C et le rire.
Il décrit les semaines qui suivent comme une longue cure de rire qui le ramena petit à petit à la santé. Il put même reprendre son travail…
En plus de stimuler sa capacité à rire, Cousins est un homme qui croyait profondément en l’amour et à l’attitude positive face à la Vie
Si les émotions négatives comme la colère et la frustration peuvent nuire à la santé, cela veut aussi dire que, des émotions positives comme la joie et le rire peuvent avoir l’effet opposé.
Il avait une relation très proche et amicale avec son médecin, qui soutenait sa démarche et l’encourageait dans son expérience bien qu’elle ne correspondait pas aux idées de la médecine.
Cette relation patient/médecin est reconnue et vérifiée statistiquement, elle contribue   réellement à la guérison.
La capacité à rire de Norman Cousins,  malgré ses grandes douleurs, a vraiment joué un grand rôle dans sa guérison.
Je trouve cette histoire extraordinaire !
Mes Séniors, favorisez le RIRE dans votre Vie, c’est de la prévention...

Cet article vous a plu ?

Découvrez maintenant 10 raisons qui confirment pourquoi vieillir est une chance... et les clés de la jeunesse intérieure.